3)La lutte anti-mafia de la ville et du gouvernement.

Avec la criminalité et la corruption qui commencent à s'installer dans les rues de Chicago dès 1920, de nombreuses organisations anticriminelles voient le jour. Tout d'abord en 1919, la "Chicago crime commission" (commission contre le crime) composée d'un important réseau d'hommes d'affaires, de journalistes, de politiciens et de citoyens qui avait pour but d'en finir avec la criminalité qui s'était installée dans la ville.

L'un de ces membres, le journaliste Henry Chamberlin, réussit à démontrer la corruption des forces de l'ordre et à transférer 712 policiers dans d'autres villes.

Suite au non-respect de l'interdiction de consommer et de vendre de l'alcool, ajouté à l'impuissance du directeur du FBI, John Edgar  Hoover, qu'on accusa de protéger la Mafia et à la corruption des forces de l'ordre, une cellule de crise fut mise en place aux Etats-Unis. Ainsi à Chicago une efficace coopération menée sous la direction d'Eliot Ness permit de renforcer les contrôles de police et d'entraver  les actions des mafieux.

Elle fut chargée de faire respecter la Prohibition à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Ness regroupa donc, après une dure sélection, 9 hommes sur et dignes de confiance.

Ces derniers menèrent des raids contre les distilleries clandestines ainsi que les entrepôts d'Al Capone, et , par ce biais, trouver ses routes d'approvisionnement.

Capone tenta de corrompre ces hommes pour qu'ils arrêtent mais cela fût un échec, cas rare, voir unique. Par la suite, les journalistes s'emparèrent de l'affaire et on nomma ces hommes les " Incorruptibles ". 

Une loi fut également mise en place, la loi Rico, destinée à lutter contre le crime organisé. L'objectif était de trouver des moyens, des éléments pour poursuivre en justice des membres d'organisation criminels et les condamner.

Pour le groupe mené par Eliot Ness, le succès fût fulgurant et un million de dollars d'alcool furent saisis en 6 mois. Pour ce qui est de la loi Rico, là encore le succès fut énorme,  car des dizaines d'hommes furent arrêtés pour être jugés. 

A la fin  des années vingt, des voix s'élèvent pour réclamer une action gouvernementale plus pertinente face à l'ampleur de la criminalité qui s'organisait grâce au trafic d'alcool. En 1929, le président Hoover nomme George Wickersham à la tête de la National Commission on Law Observance and Law Enforcement. Néanmoins, les conclusions de cette commission furent ambiguës: elles reconnaissent d'un  côté les limites de la lutte contre le commerce illicite d'alcool et, de l'autre, s'interrogent sur le bien-fondé de la loi de 1919. Le  rapport de ce dernier ouvre la voie à l'abandon de la Prohibition par  Franklin Roosevelt dès sa prise de fonction en 1933.En effet, le 21eme  amendement de la Constitution révise le 18eme, et légalise ainsi l'alcool en 1933.


En conclusion, l’influence de la mafia fut très grande et très difficile à stopper. En effet, la corruption étant partout, il fallut appeler et enrôler des personnes incorruptibles pour mettre fin à la mafia, qui réussit tout de même à s’en sortir grâce à cette influence montrant une fois de plus sa puissance.

 

Page suivantePage précédente

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : mardi 12 Juin 2012

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site